Menu Fermer

Les vertus médicinales de la coriandre

Les vertus médicinales de la coriandreUtiliser la coriandre pour ses vertus médicinales ? Dans notre esprit, cet aromate évoque en premier lieu des douceurs exhalant de délicieux arômes, comme le pain d’épices et le spéculoos. La coriandre est également un condiment populaire dans la cuisine asiatique, comme en atteste le fait qu’il est un ingrédient important de la poudre de curry. En termes d’apparence, la coriandre ressemble un peu au persil.

La coriandre est originaire de Turquie, ce pays que l’on surnomme « la petite Asie ». Dans de nombreuses « cultures » anciennes, elle était utilisée à des fins culinaires et médicinales. Les Romains frottaient la viande avec de la coriandre afin d’en augmenter la durée de conservation. En phytothérapie chinoise, la coriandre avait valeur de remède contre les intoxications alimentaires alors que dans la Bible, elle était comparée à la manne céleste.

Dans la coriandre, on utilise aussi bien les feuilles que les graines. Les premières ont leur lot de détracteurs, qui lui reprochent un goût de savon. Les graines peuvent elles aussi être utilisées à des fins médicinales, mais leur action est moins efficace que celle des feuilles.

Quelles sont les propriétés médicinales de la coriandre ?

  • La coriandre est surtout connue en tant que remède contre divers maux d’estomac et problèmes intestinaux.  Elle facilite ainsi la digestion et éveille l’appétit. Qui plus est, elle agit contre les flatulences et combat la diarrhée chez les enfants, de même que la salmonelle.
  • La coriandre est également indiquée dans le traitement des affections des bronches et des moisissures et possède une action antibactérienne. C’est pour ces propriétés antifongiques et antibactériennes qu’elle était utilisée par les Romains pour conserver la viande. La coriandre possède dès lors une action « désinfectante ».
  • Enfin, la coriandre permet d’atténuer les douleurs rhumatismales et hémorroïdales.

Lire plus

 

Disclaimer : les plantes médicinales ne doivent être utilisées que dans le traitement de maladies bénignes ou lorsque votre médecin n’est pas en mesure de vous aider. Elles constituent un traitement d’appoint. Une vigilance renforcée doit être de mise si vous êtes enceinte ou allaitez ! Enfin, vous éviterez de cueillir des plantes dans la nature si vous n’êtes pas capable de faire la distinction entre espèces comestibles et toxiques.